Choisir son hygromètre

Choisir son hygromètre : Les produits actuels

Aujourd’hui la gamme d’hygromètre est très souvent combinée à des stations météo complètes. Il existe autant de modèles que de goût donc comment donc choisir son hygromètre?

L’intégration de données connectées analyse  la situation des prochaines semaines ou même l’historique des jours passés.

Comme tous produits technologiques, ils sont de plus en plus complets, incluant le taux d’humidité relative intérieur, extérieur mais également la température intérieur, la température extérieure, la pression atmosphérique, la vitesse du vent ou encore pour les plus complets le niveau de précipitation.

Sans rentrer dans les grandes lignes et sans pouvoir tous les mentionnés (la gamme est très étendue) voyons les grandes catégories ensemble et es critères de sélection dans les lignes suivantes.

 

Hygromètres mécanique type à cheveux
Champ rural avec station météo sous fond de ciel bleu
Simple hygrometre digital basic avec fonction température

MON TOP 3

Mon top 3 reprend les hygromètres les plus complets actuellement disponible et peut vous aider à choisir votre hygromètre ou station météo.

Toutes ces stations météo sont complètes pour intérieure comme extérieure, informent quant à l’hygrométrie, la température ,mais également la pression atmosphérique et la pluivométrie (en prévision également).

Mon préferé. le premier de la liste est à la pointe de la technologie et fonctionne à travers d’une application et en direct sur votre téléphone. Vous pouvez également ajouter autant de capteurs que vous voulez.

 

Comment choisir son hygromètre

Choisir son hygromètre à travers plusieurs critères,  détaillés ci-dessous. Une combinaison de ces critères est à réflechir lorsque vous souhaitez acheter un hygromètre:

L’utilisation

Le besoin de savoir quel taux d’humidité est présent dans votre pièce est le principal critère pour choisir l’hygromètre le mieux adapté à vos besoins. Cette information est importante pour des raisons de santé, de confort au tout autre critère. Dans certain cas, un hygromètre mécanique ou électrique fera largement l’affaire.

La précision

Si par contre vous avez besoin d’obtenir des mesures plus précises, pour le travail, pour votre cave à vin, cave à ciguarres ou encore conservation d’oeuvres d’art par exemple, il vous faudra songer à opter pour un hygromètre à capteur d’humidité très précis. La plage de précision des hygromètres destinés au grand public tourne généralement autour de 5 %.

Les modèles les moins chers peuvent aller jusqu’à 10 %, tandis que les hygromètres les plus chers (généralement mécaniques ou analogiques) peuvent se targuer d’une marge d’erreur inférieure à 1 % s’ils sont bien calibrés et étalonnés. Pour une utilisation domestique et standard, un taux d’erreur d’environ 5% sera largement suffisant.

Le prix

Les moins chers du marché sont les hygromètres mécaniques. Prévoyez quelques euros pour une entrée de gamme. Pour un hygromètre électrique d’entrée de gamme compté une veintaine d’euro. 

L’environnement

Important de définir l’environement d’utilisation de votre appareil. Appareil uniquement intérieur, ou combiné avec l’extérieur, réparti dans plusieurs espaces ou uniquement un petit espace. Il existe également des outils qui peuvent être connecté et donc accessible via un application. Un besoin de couvrir les mesures extérieures doit également être pris en compte dans le choix de son hygromètre

Le calibrage

Si cela ne vous dérange pas d’avoir à calibrer vous-même un hygromètre, n’hésitez pas à opter pour un appareil mécanique à cheveu ou à ressort métallique, ou bien encore pour un hygromètre à capteur d’humidité capacitatif. Si par contre vous ne voulez pas vous prendre la tête, optez pour un hygromètre électrique qui ne nécessite aucun calibrage au préalable. Ce point technique doit donc être pris en compte pour choisir son hygromètre

L’intégration de capteurs

La plupart des utilisateurs pourront satisfaire leur besoin avec un seul hygromètre. Cependant, si vous cherchez à mesurer le niveau d’humidité dans plusieurs parties de la maison de manière simultanée, il serait judicieux d’opter pour un ensemble d’hygromètres digitaux capables de fonctionner en mode « réseau ». Reliés à un Cloud, ces appareils vous permettront de lire le niveau d’humidité chez vous, au bureau et dans différentes pièces sur une application mobile.

Voir catalogue de modèles

L’hygromètre et l’hygrométrie relative

Tout comme le thermomètre est un instrument extrêmement précis en ce qui concerne la température, l’hygromètre est l’instrument de référence pour les mesures qui concernent l’humidité. Donc il est important de bien choisir son hygromètre

Au passage, il existe aussi des thermomètres hygromètres, ou thermo-hygro, des appareils capables de vous donner en même la température et le taux d’humidité au même endroit.

Des stations météo permettent de vous proposer encore davantage de mesures à l’intérieur de votre maison ou appartement, comme à l’extérieur. De la qualité de l’air à la vitesse du vent en passant les risques de précipitations ou les prévisions météo, les stations météo vont bien plus loin que l’humidité et la température.

Mais revenons-en à l’hygromètre.Cet appareil mesure un taux d’humidité, c’est à dire l’humidité relative de l’air ou l’hygrométrie relative. Bref, ce qu’on appelle dans le langage courant l’humidité.

Pour ce faire, les hygromètres calculent la température de condensation de la vapeur d’eau présente dans l’air : c’est ce que l’on appelle le point de rosée. Mais ce n’est pas tout puisque ces instruments prennent aussi en compte les modifications de la capacité ou de la résistance électrique afin de pouvoir mesurer les différences d’humidité dans l’air intérieur de votre logement.

Aujourd’hui, les hygromètres sont parfois des objets technologiques connectés et intelligents. Depuis, l’hygromètre a bien évolué.

Sans forcément revenir sur tous les types d’hygromètres qui ont fait l’histoire, on peut toutefois les citer : l’hygromètre en bobine de papier métallique, l’hygromètre à cheveux, l’hygromètre à condensation, le capteur d’impédance variable, l’hygromètre capacitif, l’hygromètre résistif, psychromètre… et la liste est encore longue.

Aujourd’hui, il est très simple de mettre sur la main sur un modèle efficace pour un prix tout à fait raisonnable. Quant aux modèles justement connectés et les plus sophistiqués, ils permettent de mesurer le taux d’humidité avec une simplicité inégalée dans l’histoire.

Un hygromètre contemporain performant comporte aussi une marge d’erreur très faible. En effet, sur d’autres appareils, certaines variables peuvent nuire à la précision des résultats, comme la pollution, la condensation et le vieillissement.

Tous les instruments ne sont pas aussi efficaces lorsqu’il s’agit de passer d’un environnement où l’air est saturé en eau (c’est à dire avec un taux d’humidité de 100 %) à un environnement d’humidité plus faible.

Petite précision ici, lorsqu’on parle d’un taux d’humidité de 100 %, ça ne veut pas dire qu’on sous l’eau et qu’il est impossible de respirer : c’est toujours un taux d’humidité relative qui est mesuré !

Applications de l’humidité relative

Confort

Les humains et les animaux à sang chaud contrôlent la température de leur corps par évapotranspiration. En effet, l’évaporation de la sueur entraîne un refroidissement direct de la peau. L’humidité relative de l’air ambiant, ainsi que la vitesse du vent, influence l’évaporation de la sueur, et donc le refroidissement du corps. Un taux d’humidité trop faible accroît le refroidissement et augmente l’efficacité de la transpiration, tandis qu’un taux d’humidité trop important limite le refroidissement et donc amplifie la sensation de chaleur. Ainsi les fortes chaleurs sont-elles plus supportables par temps sec, la transpiration refroidissant efficacement le corps. Les grands froids sont aussi plus supportables par temps sec, mais pour des raisons de conduction thermique et non d’évaporation.

Selon l’American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers (ASHRAE), il est recommandé de maintenir un taux d’humidité relative entre 30 et 60 % (en dessous de 50 % si l’on veut limiter la prolifération des acariens). Et selon le centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, un taux d’humidité inférieur à 20 % peut occasionner un inconfort en desséchant les membranes muqueuses et contribuer aux éruptions cutanées.

Pour avoir un ordre d’idée, dans la zone de confort (soit environ 20 °C et 50 % d’humidité), une augmentation de °C va provoquer une baisse de 2 à 3 % du taux d’humidité relative et inversement. Ce n’est qu’un ordre d’idée car les relations dans les diagrammes d’humidité sont faites de courbes. Un air à 20 °C et 50 % d’humidité relative contient 8,65 g d’eau par mètre cube ; à la même température mais à 100 % d’humidité relative, il en contient 17,3 g/m3, c’est-à-dire deux fois plus2.

Génie des procédés

La valeur d’humidité relative est importante en génie des procédés, plus particulièrement dans les opérations unitaires faisant intervenir l’air comme agent séchant. En effet, c’est la valeur d’humidité relative, comparée à l’activité de l’eau d’un produit solide ou liquide, qui va permettre de connaître le sens des échanges d’eau entre l’air et le produit ainsi que la valeur d’équilibre. Classiquement, l’air ambiant sera chauffé (diminution de son humidité relative et donc augmentation de son pouvoir séchant) avant d’être mis en contact avec le produit à sécher.

L’humidité relative joue aussi un rôle dans les opérations de transport de produits secs : si l’humidité relative est trop élevée, typiquement au-dessus de 50 % les produits secs peuvent absorber de l’humidité et voir leur propriétés changer, en particulier en ce qui concerne leur écoulement, ou avec la génération d’agrégats

Déshumidificateur / Désembuage des pare-brise

Pour diminuer l’humidité relative (et aussi absolue), la température de l’air est abaissée au-dessous du point de rosée de l’eau par un système de génération de froid tel qu’un climatiseur. Ce refroidissement va augmenter le degré d’humidité relative jusqu’à 100 %. À ce stade, des gouttelettes d’eau se forment. Elles sont séparées alors de l’air par gravité et de l’eau s’écoule hors du système. L’air refroidi, et débarrassé d’une partie de son humidité, traverse alors la seconde partie du système qui le réchauffe jusqu’à atteindre une température généralement un peu plus élevée qu’à l’entrée. L’humidité de l’air à la sortie de ce système est alors largement diminuée. Dans le cas du désembuage, il a un pouvoir séchant bien meilleur.

Salle de concert

Dans ce domaine la température a moins d’importance que l’humidité. La sonorité des instruments de musique (constitués très souvent de bois) réagit beaucoup à l’hygrométrie. Il est important de concevoir le système de ventilation, de chauffage et de climatisation de manière à éviter que l’apport de calories s’accompagne d’une trop forte chute de l’hygrométrie. Il est plus important de respecter l’hygrométrie relative que la température du lieu. Exemple de problématique, les volumes à grande inertie, les « sur-ventilations nocturnes » (moyen de régulation par déphasage) posent des problèmes de saturation. Il est globalement moins grave de s’approcher des hygrométries élevées (bien sûr sans rester en saturation) que de rester à des hygrométries très faibles, inférieures à 30 %.

Météorologie

L’humidité mesure la quantité de vapeur d’eau présente dans l’air, sans compter l’eau liquide et la glace. Pour que des nuages se forment, et qu’il y ait des précipitations, l’air doit atteindre une humidité relative légèrement supérieure à 100 % dans le voisinage des gouttelettes qui se forment. Cette sursaturation est nécessaire pour vaincre la tension de surface des molécules d’eau et ainsi qu’elles s’unissent sur une poussière servant de noyau de condensation. Après que les gouttelettes ont atteint un certain diamètre, l’humidité relative retombe à 100 % dans leur voisinage. Ceci se produit normalement quand l’air s’élève et se refroidit.

Typiquement, la pluie tombe ensuite dans de l’air qui n’est pas nécessairement saturé (moins de 100 % d’humidité relative). Une partie de l’eau des gouttes de pluie va donc s’évaporer dans cet air pendant sa chute, augmentant son humidité, mais pas toujours suffisamment pour que l’humidité relative atteigne 100 %. Il peut même arriver que les gouttes de pluie s’évaporent complètement avant d’arriver au sol si l’air est suffisamment sec, ce qui donne de la virga et aucune précipitations au sol.

L’évaporation de la pluie, en tombant dans l’air, refroidit également celui-ci, car l’évaporation nécessite un apport d’énergie qui est puisé dans l’environnement. Si le refroidissement est suffisant au sol, la température de l’air peut atteindre le point de rosée de l’environnement, ce qui augmente l’humidité relative à 100 %. On assiste alors à la formation de brouillard ou de rosée. Cependant, le déficit en eau de l’air sous forme de condensation fait baisser l’humidité absolue dans ce cas.

Finalement, le refroidissement de l’air par radiation (surtout la nuit) ou le passage sur une surface plus froide va faire descendre sa température. La quantité de vapeur d’eau y restant constante, son humidité relative va donc augmenter et on assistera à la formation de brume, brouillard ou rosée lorsque la saturation sera atteinte.

Indice Humidex qui stipule l'équilavence entre température et taux humidité

Indice Humidex source wikipedia

Appareil de mesure precis sur le taux d'humidte

Thermo Hygrometre

Salle concert Berlin

Salle concert Berlin

Carte meteo france

Carte météo France

L’histoire de l’hygromètre

Un hygromètre est un appareil qui sert à mesurer l’humidité relative de l’air (l’hygrométrie relative). Ces appareils utilisent la température de condensation de la vapeur d’eau dans l’air (appelée point de rosée), des modifications de la capacité ou de la résistance électrique pour mesurer les différences d’humidité. Le premier hygromètre brut fut inventé par le polymathe de la Renaissance italienne Leonard de Vinci en 1480. En 1755, Jean-Henri Lambert a créé une version plus moderne et en 1783, Horace Bénédict de Saussure, physicien et géologue suisse, inventa le premier hygromètre utilisant le cheveu humain pour mesurer l’humidité.

Realisation ancienne sur l'histoire des hygromètres
Hygromètre capacitatif ancien
Hygromètre de Saussure historique